Puta Madres/ Trampolene

Le 6 décembre dernier, Pete Doherty était de retour à Londres avec son groupe Puta Madres et, bien évidemment, j’étais au rendez-vous.

Fraichement revenue de Paris, je me suis rendue la vieille à la boutique Rough Trade (Brick Lane) où Peter devait chanter quelques titres en acoustique suivis d’une séance de dédicaces mais il n’a pas pu venir à l’heure et l’évènement a été annulé…O rage O désespoir…Quoi qu’il arrive, on s’en remet bien vite. Le poète est avant tout un artiste imprévisible et c’est justement pour ça qu’on l’aime. Le lendemain, il était bien présent au Forum Kentish Town pour notre plus grand bonheur…

Double bonheur pour moi je dois dire car nous avons eu, entre autres, en première partie Jack Jones, chanteur du groupe Trampolene (dont je vous avais déjà parlé, bon, d’accord, j’ai oublié de vous dire que depuis le mois de Mai, j’ai vu Trampolene en live plus de cinq fois ^^) et qui est également guitariste des Putas Madres. Une bonne soirée en perspective !

18h20 je rejoins des copines et nous commençons à patienter devant la salle. A partir de 19h les portes s’ouvrent avec le groupe toujours sur scène en plein soundcheck. On se rassure, Peter est bien là et a l’air en forme.

19h approche et les premières parties s’enchainent. Jack Jones toujours aussi formidable, récite quelques poèmes et joue certains titres en acoustiques. Puis l’attente commence…Les applaudissements se multiplient, les techniciens vérifient plus de trois fois si les micros sont bien branchés, les guitares accordées mais Peter ne semble pas prêt à investir les lieux…Et là, après plus d’une heure, le voici !

Le concert est électrique, rock’n’roll à souhait avec une bonne dose d’émotion. Le groupe joue de nombreuses chansons du nouvel album Hamburg Demonstrations, sorti le 2 décembre. Mais le public devient incontrôlable lorsque Carl Barat, des Libertines, entre en scène. Nouvelle crise d’hystérie avec Fuck Forever, hymne légendaire qui conclut bien souvent la setlist.

30115

Je ne remercierai jamais assez la jeune fille à mes côtés qui ne cessait d’hurler toutes les deux secondes « Peter, I love you » ni ceux qui m’ont poussé contre les barrières…

Après le show, nous avons attendu car mes amies espéraient croiser Peter, mais je suis surtout contente d’avoir eu droit à mon « Jack hug », l’un des chanteurs les plus généreux et disponibles qui soit.

indextrampolene_lj_111016.jpg

A très vite mes frenchies

xxx

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s