Quand je serai grande, je serai assistante de français…

Avant de partir, je lisais pas mal d’articles sur le poste d’assistante de français mais je n’aurais jamais pu imaginer aimer autant ce métier !

Je travaille dans deux collèges à Bethnal Green, 14 heures par semaine, avec les year 9, 10, 11 (mais ça, je crois que je vous l’ai déjà dit) et depuis quelques semaines j’aide aussi une élève de six form. (Niveau lycée).

Chaque assistant a des missions différentes selon son établissement d’affectation et les demandes de ses professeurs. Pour ma part, je m’entends très bien avec les deux équipes dans les collèges respectifs. La plupart du temps, j’ai des groupes de deux, trois élèves avec qui nous pratiquons l’expression orale autour de questions liées à leur GCSE (équivalent du Brevet des Collèges). Les quatre thèmes sont les vacances, les nouvelles technologies, l’environnement et les médias. Aussi, il est tout à fait possible de proposer des supports pour enclencher la discussion (mais toujours en accord avec les professeurs). On peut, par exemple, utiliser des brochures de vacances, des annonces immobilières lorsqu’il est question du logement etc. (N’hésitez pas à préparer quelques documents avant votre départ).
Avec mon élève de six form, le travail est bien évidemment plus élaboré et souvent en lien avec l’actualité. Il s’agit plus d’une leçon de soutien, le fait d’être one to one favorise les échanges et l’explication de points éventuels à revoir.
Lors des homework club après la classe même chose. On a plus de temps pour revenir sur ce qui a pu être mal compris.

keep-calm-and-teach-french-5

Enfin, j’ai aussi en charge des classes culturelles (trois fois par semaines) sur un point de culture français/ francophone. Les professeurs me laissent libres de choisir les thèmes même s’ils leur arrivent de me demander de traiter tel ou tel point (selon l’actualité par exemple). J’ai aussi demandé aux élèves d’émettre leurs souhaits. Pour moi les élèves sont prioritaires, c’est à nous de leur donner le goût du français. Ainsi, nous avons fait un atelier dégustation de produits français et ils ont adoré !
Au risque de surprendre, je n’ai pas peur d’adapter mon support culturel à leurs centres d’intérêt. Par exemple, ils aiment la culture hip hop donc nous avons écouté du Rap français. (Bien évidemment de qualité). On peut intégrer de la culture cultivée au détour d’un quizz ou d’un jeu mais il me semble maladroit de faire un cours sur la littérature française lorsque les élèves ne lisent déjà pas dans leur propre langue. Aussi, se rapprocher de « leur culture » justement, reste, pour moi, le meilleur moyen d’attirer leur attention, tout en intégrant subtilement une culture plus élaborée.
Lors d’un récent quizz, j’ai posé pêle-mêle des questions sur un tableau de Delacroix, la construction de la Tour Eiffel, au même niveau qu’une question sur le foot.

Le cours de français est une leçon de partage, d’apprentissage qui se fait dans les deux sens.

En tant qu’assistant, normalement, nous n’avons pas à gérer les problèmes de discipline, même si j’y suis quelquefois confrontée. Bien que dissipés, la bonne humeur est toujours de mise et les fous rires ne sont pas rares. Je ne raterais pour rien au monde leurs petites perles. Vous saurez ainsi que notre révolution a eu lieu en 1960, et non 1789, lorsque nous avons pris Alcatraz, et non la Bastille !!

Je vous conseillerai également de vous rendre à la réunion d’information du British Council fin septembre. Ils vous donneront de judicieux conseils.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s